Phyto: maux de gorge

Posté par pharmaciedeclavieres le 9 février 2009

Angine, pharyngite et laryngite s’accompagnent de maux de gorge d’intensité variable, parfois de fièvre et enrouement. Ces inflammations sont le plus souvent dues à une infection virale.

Certains signes évoquent une atteinte bactérienne:

  • douleur intense
  • fièvre élevée
  • haleine désagréable
  • enrouement persistant
  • maux d’oreilles
  • brûlure thoraciques

Traitement local.

A visée adoucissante, anti inflammatoire, antiseptique, protectrice des muqueuses, sous forme:

  • de pastilles,
  • badigeonnages,
  • gargarismes.

Traitement général.

La voie orale complète le traitement local. Certaines plantes ayant une indication locale peuvent être prises.

- Les plantes à mucilage:

  • renforcent l’effet du gargarisme
  • sous forme liquide
  • guimauve, mauve, bouillon blanc, plantain

- Les plantes à huile essentielle:

  • antiseptique
  • origan, pin sylvestre, sarriette, serpolet, thym et eucalyptus
  • pour leur effet sur les voies respiratoires

- L’erysimum:

  • chaque fois qu’il y a enrouement ou aphonie

- Les plantes antalgiques et anti inflammatoires:

  • quand la douleur pharyngée ne cède pas au traitement local
  • harpagophytum, cassis, bergerette du canada, reine des près et saule

 

 

 

Publié dans Pathologies saisonniere: hiver, Phytotherapie: contre les maux de tous les jours | Pas de Commentaire »

Phyto: la toux sèche

Posté par pharmaciedeclavieres le 9 février 2009

Rhume, pharyngite, laryngite, trachéite d’origine virale ou inflammatoire sont les causes les plus fréquentes de toux sèches et récentes. Leur caractère fatigant nécessite un traitement antitussif qui ne doit pas excéder quelques jours.

Les plantes à mucilages.

Absorbés sous forme liquide, les mucilages ont un rôle adoucissant qui calme l’inflammation du pharynx et du larynx.

- La guimauve:

  • racine, feuille, fleur
  • voie orale: préparation à froid
  • posologie: macération 30 minutes, 10g/l, 500ml max par jour.

- La mauve:

  • feuille, fleur
  • mêmes emplois que la guimauve
  • posologie: infusion 15 minutes, 10g/l, 1L max par jour

- Le coquelicot:

  • pétale
  • calmant léger, utilisé seul en thérapeutique infantile sous forme de sirop
  • posologie adulte: infusion 15 minutes, 500ml max par jour

Les plantes antispasmodiques.

Elles sont particulièrement indiquées en cas de toux spasmodique et quinteuse.

- Le thym:

  • feuille, parties aériennes
  • antibactérien ce qui justifie son emploi dans les formules contre les bronchites
  • posologie: infusion 5 à 10 minutes, 1.5g par tasse, 2 à 3 fois par jour

- Le serpolet:

  • feuille, sommité fleurie
  • activité plus faible que le thym
  • posologie: infusion 15 minutes, 20g/l, 500ml max par jour

- L’origan:

  • sommité fleurie
  • antibactérien et anti spasmodique
  • posologie: infusion 15 minutes, 20g/l, 500ml max par jour

- Le grindélia:

  • sommité fleurie
  • antibactérien
  • posologie: infusion 10 minutes, 20g/l, 500ml max par jour

 

 

Publié dans Pathologies saisonniere: hiver, Phytotherapie: contre les maux de tous les jours | Pas de Commentaire »

Les états grippaux

Posté par pharmaciedeclavieres le 5 février 2009

Les plantes fébrifuges.

effet antipyrétique modeste

- Le quinquina rouge:

  • écorce
  • quand l’état fébrile s’accompagne de perte d’appétit
  • posologie: décoction 15 minutes, 10g/l, 500 ml max par jour
  • contre indication: grossesse, faire attention avec traitement anticoagulants

- Le saule:

  • écorce
  • antalgique, anti-inflammatoire
  • posologie: décoction 15 minutes, 10g/l, 500 ml max par jour
  • éviter en cas d’hypersensibilité aux salicylés

- La reine des près:

  • fleur, sommité fleurie
  • dérivés salicyléés, antalgique, sudorifique, diurétique
  • posologie: infusion 15 minutes, 20g/l, 500ml max par jour
  • éviter en cas d’hypersensibilité aux salicylés

Les plantes sudorifiques

Elles aident à évacuer la chaleur.

- Le tilleul:

  • inflorescence
  • sédatif léger, adoucissant des irritations, contre la toux sèche
  • posologie: infusion 15 minutes, 20g/l, 500ml max par jour

- Le sureau noir:

  • fleurs et écorce de tige
  • états fébriles + toux grasse
  • posologie: infusion ou décoction 15 minutes, 20g/l, 500ml max par jour

Immunostimulants d’origine végétale

Ils visent à renforcer la résistance aux infections:

  • en prévention des infections chroniques: cure de 4 à 8 semaines suivie d’une pause de 3 semaines
  • à titre curatif: en complément du traitement spécifique à l’infection. A prendre dès les premiers symptômes et poursuivre 6 à 8 jours de suite.
  • les immunostimulants ne doivent pas être pris en continu. Consulter le médecin pour les enfants de moins de 6 ans.

- L’échinacée:

  • racine
  • antibactérienne, antivirale
  • posologie: 1g de plante par jour sous forme d’extrait hydroalcoolique ou teinture mère, 50 gouttes par jour.
  • à éviter en cas de grossesse ou d’allaitement

- Le ginseng:

  • racine
  • états infectieux viraux, bactériens, parasitaires
  • posologie: 1g de drogue par jour
  • à éviter en cas de grossesse, hypertension artérielle, obésité, états nerveux, insomnie.

- L’éleuthérocoque:

  • organes souterrains
  • prévention de la grippe et des affections virales
  • posologie teinture mère 50 gouttes par jour max, cures de 3 à 4 semaines avec interruption de 15 jours à 3 semaines entre chaque.

- Le cassis:

  • bourgeon
  • immunostimulant, anti-inflammatoire, il augmente la résistance au froid et à la fatigue.
  • posologie adulte: 100 gouttes par jour max sous forme de macérat glycériné 1D à diluer dans l’eau
  • posologie enfant: 1 goute/kg/jour

- L’églantier:

  • jeunes pousses
  • remède des infections et inflammations localisées: otites, sinusites, bronchites, …
  • posologie adulte: 100 gouttes par jour max sous forme de macérat glycériné 1D à diluer dans l’eau

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Pathologies saisonniere: hiver, Phytotherapie | Pas de Commentaire »

Phyto: la toux mixte

Posté par pharmaciedeclavieres le 4 février 2009

Les plantes pour usage mixte sont indiquées aussi bien en cas de toux irritante que de bronhite aigüe bénigne avec troubles de la sécrétion.

- Le bouillon blanc:

  • fleur mondée
  • adoucissant, expectorant, anti-inflammatoire
  • posologie adulte: infusion 15 minutes, 10g/l, 500ml par jour max.

- Le pin sylvestre:

  • bourgeons
  • balsamique (adoucissant et odorant), antiesptique respiratoire, expectorant
  • posologie adulte: infusion 15 minutes, 10g/l, 500ml par jour max

- Le plantain majeur ou lancéolé:

  • feuille
  • anti inflammatoire des voies respiratoires et des muqueuses buccopharyngées, adoucissant, expectorant, anti histaminique, antispasmodique bronchique, antitussif
  • posologie adulte: infusion 15 minutes, 10g/l, 500ml par jour max

- Le lierre commun ou grimpant:

  • bois, feuille
  • expectorant, mucolytique, spasmolytique
  • posologie adulte: teinture, 1 à 5g par jour.

Publié dans Pathologies saisonniere: hiver, Phytotherapie: contre les maux de tous les jours | Pas de Commentaire »

Phyto: la toux grasse

Posté par pharmaciedeclavieres le 4 février 2009

La toux grasse accompagnée d’expectorations et survenant en période hivernale permet d’expulser l’excès de mucus laryngé ou bronchoalvéolaire provoqué par une infection virale ou bactérienne.

Cette toux « utile » ne doit pas être combattue car elle libère les voies respiratoires. Pour diminuer sa viscosité et faciliter son évacuation:

- des mesures d’hygiène: boire abondamment, humidifier l’atmosphère …

- des plantes expectorantes qui fludifient les sécrétions.

Les plantes à saponosides.

Facilitent le transport des mucosités et leur destruction en diminuant la tension superficielle au niveau des bronchioles.

- La primevère:

  • racine et fleur, 
  • mucolytique et antibactérienne supérieure.
  • Posologie: infusion 10 minutes 10g/l, 500ml par jour max.

- Le polygala de Virginie:

  • racine et souche
  • quand les sécrétions sont très épaisses, quand la toux sèche devient grasse
  • posologie: digestion 10 minutes, 10g/l, 500ml par jour max

Les plantes à huile essentielle

Elles exercent une activité antibactérienne plus ou moins puissante.

- L’eucalyptus globuleux:

  • feuille
  • bon expectorant, mucolytique et antiseptique pulmonaire.
  • posologie: infusion 15 minutes, 10 à 20g/l, 500ml par jour max, à boire lentement.
  • en friction de la poitrine avec des préparations contenant 1 à 2% d’huile essentielle. Ne pas appliquer de préparations à base d’eucalyptus sur le visage.

- Les fruits d’anis et de fenouil:

  • utilisable chez l’enfant
  • contre les inflammations de voies respiratoires supérieures.
  • posologie adulte: infusion 15 minutes, 10g/l, 500ml max par jour

Les plantes à lactones diterpéniques.

Expectorantes et léger anti-inflammatoire.

- La marrube:

  • fuille, sommité fleurie
  • posologie: infusion 15 minutes, 20g/l, 500 ml par jour max

- Le lierre terrestre:

  • parties aériennes
  • action asséchante des sécrétions bronchiques
  • posologie: infusion 15 minutes, 10g/l, 500ml par jour max.

Les plantes à hétérosides soufrés.

Elles déclenchent par réflex une sécrétion bronchique. Effet antimicrobien.

- L’Erysimum:

  • feuille, sommité fleurie
  • également mucolytique, calme les irritations de la gorge
  • posologie: infusion 15 minutes, 20g/l, 500 ml par jour max.

- Le radis noir:

  • racine
  • stimulant hépatique
  • utilisé plutôt en sirop comme expextorant

 

 

 

 

 

Publié dans Pathologies saisonniere: hiver, Phytotherapie: contre les maux de tous les jours | Pas de Commentaire »

La traumatologie

Posté par pharmaciedeclavieres le 2 février 2009

Les entorses du genou

L’entorse du genou est le traumatisme le plus fréquent en ski alpin, et entorses du poignet pour les snow-boarder. Elle touche chaque année 1/3 des skieurs et correspond à :

  • une élongation ligamentaire: entorse bénigne stade I
  • une déchirure ligamentaire: entorse bénigne stade II
  • une rupture du ligament croisé antérieur: entorse grave.

- Les signes

  • une douleur en 3 temps: au moment du choc, pour disparaitre et revenir ensuite
  • des difficultés à la marche
  • un gonflement
  • un hématome

- Quand suspecter une entorse grave?

  • absence de douleur évoluant en 3 temps
  • présence d’un craquement sec au moment de l’accident
  • gonflement immédiat
  • présence d’un hématome important
  • impossibilité persistante de s’appuyer sur la jambe.

- Les causes.

  • mauvais réglage des fixations: une entorse sur deux! Elles doivent être réglées par des professionnels qualifiés, en fonction du sexe, poids, pointure et niveau du skieur.
  • entraînement insuffisant des sportifs amateurs: les muscles des cuisses manquent de tonicité.

- Les premiers soins.

  • limiter le gonflement: application locale de glace ou de froid
  • diminuer l’inflammation: mise en place de compresses imbibées d’alcool à 60°, recouvrir d’un bandage et retirer les compresses au bout d’une heure. Application de pommade antiinflammatoire ou antalgique.
  • Ménager l’articulation: mise en place d’une contention souple
  • mise au repos du genou: marcher à l’aide de cannes anglaises.

- Nos conseils.

  • Consultez un médecin rapidement
  • faire des pansements la nuit avec un gle ou pommade anti-inflammatoire, ou cataplasme d’alumine sous le bandage.
  • ne pas hésiter à reprendre appui dès l’arrêt de la douleur
  • la pratique d’un sport peut reprendre 10 à 15 jours si l’entorse est bénigne, 2 mois pour une entorse moyenne evec rééducation.

Les tendinopathies.

Les tendinites résultent d’une inflammation des tendons due à une sollicitation excessive ou à des microtraumatismes. Elles concernent particulièrement les amateurs de ski de randonnée ou de promenades en raquette.

- Les signes.

  • douleur disparaissant à l’échauffement
  • algie (douleur) au cours de l’activité sportive et disparaissant à l’effort
  • douleurs constantes

- Les localisations.

  • poignet: douleur à l’extension des doigts
  • genou: douleur au dessus du genou après l’effort
  • tendon d’achille: sensation de brûlure douloureuse.

- Les premiers soins: appliquer de la glace et recourir à un anti-inflammatoire par voie locale voire per os (à avaler) en cas de tendinite du talon d’achille.

- Nos conseils.

  • Stopper toute activité sportive tant que dure la douleur
  • Porter des talonnettes contre les tendinites
  • reprendre progressivement l’entraînement
  • ne pas étirer brutalement les muscles sous peine d’aggravation

Les contusions.

Elle surviennent après un choc direct sur un muscle. L’écrasement des fibres musculaires peut entraîner une véritable déchirure.

- Les signes.

  • douleur violente lors de l’impact
  • point restant douloureux
  • hématome plus ou moins important en fonction de la gravité

- Les premiers soins.

  • contusions bénignes: cruthérapie rapidement et mise en place d’un bandage.
  • contusions moyennes et grave: compression à l’aide d’un bandage serré pendant 10m pour éviter la propagation de l’hématome. Relâcher et appliquer de la glace/froid. Prendre une dose d’arnica 9CH et réaliser un bandage compressif avec de la pommade d’arnica.

- Nos conseils.

  • suspendre la pratique du ski
  • ne jamais masser le muscle atteint
  • placer le membre blessé en surélévation pendant la nuit
  • se déplacer en cannes anglaises
  • consulter un médecin pour éventuellement faire une échographie.

Publié dans Pathologies saisonniere: sports d'hiver | Pas de Commentaire »

12345
 

Centre S.H.I.N |
Le blog de Claudy... |
La Santé vient en mangeant |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | mon combat contre l'obéséite
| Dites oui au massage...
| Son Corps à Coeur