La rééducation périnéale

Posté par pharmaciedeclavieres le 7 juillet 2008

La rééducation périnéale est destinée à prévenir les problèmes d’incontinence urinaire que les femmes peuvent avoir par la suite.

Elle est pratiquée par un kinésithérapeute et peut se faire par rééducation manuelle ou au moyen d’une sonde, voir d’électrodes.

- la sonde vaginale:

technique la plus souvent employée. Le biofeedback permet à la patiente d’objectiver la contraction des muscles du plancher pelvien et de l’aider à améliorer le recrutement musculaire.

sondev.jpg

L’électrostimulation consiste à utiliser des courants électriques pour provoquer soit une contraction musculaire, soit une inhibition vésicale. Cela améliore les insuffisances urinaires d’effort et par impériosité.

- les cônes vaginaux:

ils sont de taille identique mais de poids différents. La femme les introduits dans le vagin et essaye de les maintenir en place. Pour améliorer la force des muscles du plancher pelvien dans l’incontinence d’effort.

Publié dans Nos conseils: troubles urinaires | Pas de Commentaire »

L’énurésie

Posté par pharmaciedeclavieres le 7 juillet 2008

Personne n’en parle, mais il arrive qu’après 5ans, certaines personnes continuent de pisser au lit. Ca prend la tête, met la honte. Il n’est pas toujours facile de comprendre pour quoi cela arrive.

L’énurésie est définie comme une miction (des urines) involontaire, incontrôlable et complète traduisant la perte ou la non-acquisition du contrôle du sphincter urinaire. Il y a deux sortes d’énurésie :
- Des incontinences la nuit et aussi le jour, seulement depuis quelques mois :
un bilan urinaire est nécessaire.
- Des incontinences urinaires la nuit depuis la naissance : c’est l’énurésie simple.
L’énurésie simple est la plus fréquente : 8% des enfants de huit ans sont énurétiques. Il y a 2 fois plus de garçon que de fille. A l’âge adulte, ils sont encore 1 à 2% !
L’énurésie simple aurait plusieurs causes, souvent intriquées :
Une immaturité du réflexe de la vessie surtout la nuit! Un blocage psychologique,
un stress ! Un sommeil trop profond !Qu’est-ce qu’il faut faire ?


- Prendre en main la situation : change tes draps tout seul, évite de boire beaucoup trois heures avant le coucher.
- Consulter un médecin. Il pourra confirmer le caractère bénin de l’énurésie, évaluer le problème, proposer une aide, prescrire un éventuel traitement.
Y-a-t-il des traitements efficaces ?
Les traitements sont divers et souvent efficaces, s’ils sont bien ciblés. Les entretiens de motivation ou le soutien psychologique sont toujours efficaces, mais pas toujours suffisant. Ils peuvent s’ajouter à d’autres traitements pour une résolution plus rapide et définitive de ce problème.
Le pipi-stop est un appareil composé d’une bande fine et mince contenant une sonde (à mettre au fond de la culotte), d’un fil la reliant à un appareil à poser sur le côté du lit. Lors de l’émission de la première goutte d’urine, la sonde fait sonner l’appareil et ainsi réveille la personne. Il apprend le réflexe de se retenir et de se réveiller lorsque la vessie est pleine, donc à être maître de sa vessie même la nuit. Il est efficace à 100% en quelques semaines. Il doit être utilisé trois semaines après le dernier épisode de pipi au lit pour être sûr du résultat.
Des sprays et maintenant des comprimés peuvent stopper l’énurésie en quelques jours. Ils doivent être arrêtés tous les trois mois, progressivement, pour voir si l’énurésie est toujours présente. C’est pratique pour partir en vacances, mais l’ effet définitif est plus long à obtenir.

Le problème étant réglé, il est souvent souhaitable de faire comprendre à l’entourage les causes de l’énurésie pour que ne soient pas confondues énurésie, immaturité, et volonté d’embêter tes parents. Le soutien psychologique est idéal aussi pour mieux comprendre l’énurésie, surtout si tu te sens coupable ou que tes parents sont persuadés que tu le fais exprès !

Publié dans Nos conseils: troubles urinaires | Pas de Commentaire »

L’incontinence masculine

Posté par pharmaciedeclavieres le 7 juillet 2008

L’incontinence urinaire masculine touche en France entre 700.000 et 1 million d’hommes.

- l’incontinence urinaire par regorgement est la forme la plus fréquente, goutte à goutte, sans envie d’uriner.

- incontinence d’effort: les fuites sont diurnes et surviennent à l’effort.

- l’incontinence par impériosité: les envies d’uriner sont fréquentes et le patient est incapable d’attendre les toilettes.

La principale cause de l’incontinence est la prostate, qu’il s’agisse d’un adénome, des suites d’une chirurgie, ou des conséquences d’un cancer.

Certains troubles sont liés à une prise médicamenteuse, une pathologie (parkinson, diabète, …), troubles cognitifs, une infection.

Les aides palliatives:

- les protections absorbantes:

pour les gouttes retardataires, ou les pertes peu abondantes, on préfèrera une coquille absorbante ou une protection avec poche qui transforme l’urine en gel.

Lors de pertes abondantes nocturnes et en cas de refus de l’étui pénien, on s’orientera vers une protection type culotte absorbante ou change complet.

- les étuis péniens:

ce sont des manchons raccordés à une tubulure et une poche de recueil des urines qui peut être fixée sur la jambe ou au lit.

- l’urinal anatomique permanent:

il se compose d’un manchon collecteur en latex fixé à la taille par une ceinture élastique réglable auquel est reliée une poche d’un litre à fixer sur la jambe. Lavable à l’eau savonneuse.

Publié dans Nos conseils: troubles urinaires | 6 Commentaires »

L’incontinence féminine

Posté par pharmaciedeclavieres le 7 juillet 2008

L’incontinence urinaire est définie par toute perte involontaire d’urine. L’impossibilité de se retenir d’uriner ou l’existence de fuites mêmes minimes n’est jamais normale.

Différents types d’incontinence:

- l’incontinence d’effort: passive, causée par le mauvais fonctionnement de l’urètre et des sphincters. Lors d’une toux, rire, … faible quantité en général.

- l’impériosité mictionnelle: conséquence de contractions prématurées de la vessie involontaires et non maîtrisables. De jour ou de nuit, en grande quantité.

l’incontinence mixte: fréquente, elle mêle des symptômes de l’incontinence d’effort et de l’impériosité mictionnelle.+

protections.jpg

 Facteurs de risque:

L’âge, la grossesse, l’accouchement, traumatismes gynécologiques, l’activité physique intensive, certaines pathologies (infection urinaires, …)

Dans tous les cas, il faut consulter le médecin généraliste ou le gynécologue.

L’hygiène de vie:

- Laver la peau et les muqueuses avec un savon doux et sécher sans frotter

- changer régulièrement les protections pour éviter toute macération.

- boire à intervalles régulier et pas trop à la fois.

Publié dans Nos conseils: troubles urinaires | Pas de Commentaire »

12
 

Centre S.H.I.N |
Le blog de Claudy... |
La Santé vient en mangeant |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | mon combat contre l'obéséite
| Dites oui au massage...
| Son Corps à Coeur