Colique néphrétique, une urgence!

Posté par pharmaciedeclavieres le 10 novembre 2010

C’est l’urgence urologique la plus fréquente et la plus douloureuse. C’est surtout le symptôme révélateur d’une maladie sous-jacente à investiguer pour mieux la traiter ensuite et éviter les complications.

La colique néphrétique est due à l’obstruction brutale des voies urinaires hautes (du rein à la vessie) par un ou plusieurs calculs. Si, le plus souvent, il est évacué spontanément, une consultation médicale urgente s’impose.

Il ne s’agit pas d’une maladie, mais le symptôme douloureux d’une propension sous-jacente à fabriquer des calculs. Plusieurs mécanismes en causes:

  • malformations
  • maladies rénales
  • maladies endocriniennes
  • maladies métaboliques
  • erreurs alimentaires

L’interrogatoire retrouve souvent des éléments déclenchants: longs voyages, chaleur, diminution inhabituelle des apports hydriques …

Principale caractéristique de la colique néphrétique: sa violence et son intensité comparables aux douleurs d’un accouchement. La douleur débute dans la fosse lombaire et descend au bas-ventre: possibles nausées, vomissements, brûlures urinaires … L’urgence est de calmer la douleur et le recours aux morphiniques n’est pas exclu.

Puis, il faut confirmer le diagnistic et éliminer les complications. Echographie et scanner sont ici d’une aide précieuse. Les examens biologiques, sanguins et urinaires sont réalisés pour vérifier l’absence d’infection et le bon fonctionnement du rein.

Enfin, un bilan à distance est indispensable pour comprendre les raisons de la crise et empêcher sa récidive.

Publié dans Les pathologies, Nos conseils: troubles urinaires | Pas de Commentaire »

Rééducation périnéale à domicile

Posté par pharmaciedeclavieres le 21 juillet 2010

De petits dispositifs d’électrostimulation périnéale simples d’emploi, pris en charge par la Sécurité sociale, permettent de rééduquer son périnée chez soi pour supprimer les fuites urinaires et d’entretenir régulièrement sa tonicité.

9 millions de françaises sont plus ou moins concernées par l’incontinence urinaire: à l’effort, par impériosité (fuites déclenchées per le bruit de l’eau …), envies plus fréquentes, ou mixte.

Electrostimulation périnéale.

Quelles que soient les causes, la gêne est souvent importante. Il existe des solutions même quand les troubles sont installés depuis longtemps, mais mieux vaut s’en préoccuper tôt car le traitement est plus simple.

A côté des médicaments anticholinergiques, la rééducation périnéale est la première solution pour supprimer ces fuites ou les prévenir. Plusieurs techniques sont reconnues et remboursées par la Sécurité sociale:

  • gymnastique périnéale
  • électrostimulation périnéale
  • biofeedback (la femme visualise sur un écran l’intensité des contractions de son périnée durant les séances)

Un dispositif sans fil.

L’électrostimulation périnéale est efficace. Dans un premier temps, des éances au cabinet de la sage-femme ou du kiné sont indispensables, mais par la suite, les femmes n’ont pas toujours le temps de refaire des séances. Résultat: les fuites réapparaissent, d’où l’intérêt de poursuivre soi-même à domicile cette électrostimulation à raison de quelques séances par semaine durant 3 ou 4 mois chaque année.

Un appareil sans fil, léger et très simple d’emploi, avec 2 boutons pour choisir le programme selon le type de fuites urinaires et moduler l’intensité de la stimulation. Délivré sur prescription et pris en charge par la Sécurité Sociale.

Publié dans Nos conseils: grossesse et allaitement, Nos conseils: troubles urinaires | Pas de Commentaire »

La ménopause, l’essentiel

Posté par pharmaciedeclavieres le 21 octobre 2009

La ménopause est une période de transition hormonale qui débute vers l’âge de 40 ans et qui s’accompagne de troubles psychologiques et physiologiques.

Ces troubles sont essentiellement dus à la diminution puis à l’arrêt des sécrétions hormonales ovariennes, ce qui entraîne une modification de l’équilibre biologique du corps.

Outre ces règles de plus en plus espacées et moins abondantes, d’autres manifestations gênantes au quotidien caractérisent cette période:

  • bouffées de chaleur
  • sueurs nocturnes
  • fatigue générale
  • troubles du sommeil
  • irritabilité
  • prise de poids

Une des manifestations que l’on ne soupçonne moins est la gêne urinaire. En effet, en période de  ménopause, le taux d’oestrogène diminue ce qui peut affecter aussi bien votre bien-être général avec l’apparition de bouffées de chaleur (comme on vient de voir) que votre confort intime avec l’apparition de sécheresse vaginale et une prédisposition aux risques d’infections gynéco-urinaires.

Publié dans Nos conseils: hygiene et sexualite, Nos conseils: troubles urinaires | Pas de Commentaire »

La Prostate

Posté par pharmaciedeclavieres le 7 avril 2009

Prostate: penser à demander un contôle régulier!

Après 50 ans, les hommes sont nombreuxà éprouver des difficultés au moment d’uriner. Ces problèmes sont liés à la présence autour de l’urètre d’une petite glande, la prostate, dont le volume tend à augmenter.

C’est ce que l’on appelle l’adénome bénin de la prostate.

Cette hypertrophie sans gravité a pour conséquence de perturber la fonction urinaire, de façon variable selon les personnes.

Si la gêne devient trop importante, le médecin peut proposer un triatement médical, puis éventuellement une intervention chirurgicale.

Cependant, l’éventualité d’un cancer de la prostate ne doit pas être négligée. C’est pourquoi il est recommandé de consulter et de faire réaliser un bilan à intervalles réguliers.

Publié dans Nos conseils: troubles urinaires | Pas de Commentaire »

Comment éviter les cystites récidivantes?

Posté par pharmaciedeclavieres le 10 février 2009

La cystite est une infection urinaire des voies basses (vessie, uretères). Le plus souvent, les germes mis en cause sont des entérobactéries, germes vivant habituellement dans les intestins. Dans 70% des cas, il s’agit d’Escherichia coli. Les bactéries migrent vers l’anus et vont coloniser le périnée et atteindre la vessie.

Le traitement impose toujours l’emploi d’antibiotiques. Une cure de 10 à 15 jours en cas de récidive. On parle de cystite récidivante au-delà de 4 par an.

Quels symptômes?

Envie incessante d’uriner pour n’expulser que quelques gouttes, avec brûlures.

Mieux vaut prévenir.

La plupart du temps ces récidives sont dues à une mauvaise hygiène de vie. Pour que constipation ne rime plus avec infection, et rapports sexuels avec douleurs mictionnelles, il suffit de prendre de bonnes habitudes:

- boire beaucoup et uriner régulièrement: pour laver la vessie

  • 2 litres d’eau par jour
  • uriner toutes les 2 à 3 heures, ne jamais se retenir

- adopter de bons réflexes:

  • uriner après toute relation sexuelle pour éliminer les bactéries
  • toujours s’essuyer ou effectuer la toilette intime d’avant en arrière.

- Soigner l’hygiène intime:

  • banir les savons antibactériens et les douches vaginales qui décapent la flore vaginale protectrice
  • changer souvent de serviette hygiénique ou de tampons lors des règles.
  • faire une croix sur les jeans trop serrés et les sous-vêtements en synthétique qui favorisent la transpiration. Préférer le coton.
  • traiter rapidement toute infection vaginale

- Lutter contre la constipation:

  • augmenter la ration quotidienne de fibres, légumes verts, fruits, …
  • accélérer le transit intestinal sans irriter le colon avec LACTULOSE, IMPORTAL,  SORBITOL, … ou des lubrifiants comme LANSOYL, LUBENTYL, …

- Préférer certains aliments:

  • rendre les urines acides: les bactéries se développent moins bien en milieu acide! Consommer donc citrons, oranges, pamplemousses et tomates.
  • limiter la consommation d’épices et des boissons excitantes: champagne, vin blanc, pouvant irriter la vessie.

Publié dans Nos conseils: troubles urinaires | 2 Commentaires »

Les types de protection

Posté par pharmaciedeclavieres le 7 juillet 2008

- incontinence occasionnelle, fuites très légères ou au goutte à goutte:

protège-slip et miniserviette.

- incontinence légère:

protection rectangulaire ou droite, pour personnes mobiles ou non

- incontinence légère à moyenne et incontinence forte:

protections anatomiques.

- incontinence légère, moyenne et importante:

                                    sous-vêtements absorbants type culotte

- incontinence moyenne, forte de longue durée, de nuit forte:

                                    changes complets, pour personnes mobiles ou non

- incontinence modérée à forte:

                                     culotte ou « slip filet » en complément des protections, pour personne mobile et semi-mobile.

- incontinence très légère à légère:

                                     culotte périodique

- protection de la literie ou fauteuil en cas d’incontinence légère à sévère:

                                     alèses et protège-draps.

Publié dans Nos conseils: troubles urinaires | Pas de Commentaire »

12
 

Centre S.H.I.N |
Le blog de Claudy... |
La Santé vient en mangeant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mon combat contre l'obéséite
| Dites oui au massage...
| Son Corps à Coeur