Mauvaise digestion: et si c’était la bile?

Posté par pharmaciedeclavieres le 2 février 2010

A l’approche de repas copieux, on craint la « crise de foie« . En fait, le foie exprime peu sa douleur: c’est un problème de bile qui génère bouche pâteuse, douleurs intestinales et parfois maux de tête.

Qu’est ce que la bile? Un liquide jaune vert produit en continu par le foie à raison de 0.5 à 1L par jour et qui participe à la digestion des graisses. En cas de production ou sécrétion insuffisantes, il faut limiter les graisses, alcools, mâcher lentement, prendre plus de fibres …

Si le changement de régime alimentaire ne suffit pas, des médicaments à base de citrate de betaïne, cystine, choline, arginine ou à base de plantes, peuvent être utiles. Les cholérétiques permettent d’augmenter la production de bile par le foie, les cholagogues en favorisent l’excrtion par la vésicule biliaire.

Beaucoup sont disponibles sans prescription médicale, mais certains peuvent être irritants pour l’intestin, demandez nous conseil.

Publié dans Nos conseils: troubles digestifs | Pas de Commentaire »

Prévenir les colites?

Posté par pharmaciedeclavieres le 25 février 2009

Ventre noué, contractions violentes à droite, à gauche, ballonnements, diarrhée, constipation, ce sont les signes habituels de ce que l’on appelle « colopathie fonctionnelle » ou « colon irritable ». Ces symptômes gastro-intestinaux sont gênants et douloureux.

Les causes.

Les colites se divisent en 2 catégories:

- Les colites fonctionnelles sans causes organiques, sont les plus fréquentes:

  • liées aux états émotionnels et psychologiques, les digestions sont difficiles et les douleurs par crises aiguës
  • mauvais fonctionnement du tube digestif: excès de sensibilité de la paroi intestinale et anomalie du transit.

- Les colites fonctionnelles avec causes organiques:

le colon peut constituer une maladie plus sérieuse: polypes, rectocolite inflammatoire, cancer du colon,  …. Généralement d’autres signes l’accompagnent: fièvre, sang, glaires dans les selles … Un examen plus approfondi est requis.

Nos conseils.

Il s’agit avant tout de dédramatiser. La colopathie fonctonnelle est une maladie sans gravité dans la majorité des cas. Un avis médical, un traitement et des règles d’hygiène de vie suffisent généralement pour retrouver un confort de vie.

- Les traitements:

  • les antispasmodiques (spasfon, débridat, duspatalin, …) agissent au niveau des fibres musculaires lisses du tube digestif.
  • les laxatifs osmotiques, lubrifiants, fibres, mucilage, contre la constipation
  • les ralentisseurs du transit calment rapidement la diarrhée
  • l’argile, le charbon, éliminent les gaz intestinaux et les ballonnements.

- Les règles d’hygiène de vie:

  • vivre plus calmement en pratiquant un exercice physique régulier, relaxation
  • faire des repas équilibrés et variés
  • éviters les sucres, les matières grasses, les excitants
  • boire 1.5l d’eau par jour
  • privilégier les fibres si constipation et le riz, pâtes si diarrhée.

 

Publié dans Nos conseils: troubles digestifs | Pas de Commentaire »

L’homéopathie et les troubles digestifs

Posté par pharmaciedeclavieres le 26 janvier 2009

- China 9 CH

  • en cas de diarrhée épuisante, pertes liquidiennes abondantes
  • Prendre 5 granules 3 fois par jour

- Ipeca 9 CH

  • vomissements, diarrhée
  • Prendre 5 granules toutes les 2 heures

- Nux vomica composé

  • troubles dyspeptiques d’origines gastrique
  • Prendre 5 granules 2 fois par jour

- Podophyllum 9 CH

  • diarrhée aigüe, douleurs abdominales
  • Prendre 5 granules après chaque selle

Publié dans Homeopathie: les Quotidiens, Nos conseils: troubles digestifs | 3 Commentaires »

Phytothérapie, la digestion

Posté par pharmaciedeclavieres le 23 juillet 2008

PHYTOFLUIDE digestion à base de:

  • Radis noir: racine, stimule la digestion
  • Artichaut: feuille, confort intestinal
  • Romarin: feuille, huilles essentielles intéressantes pour le système digestif.
  • Angélique: racine, contre les ballonnements

1 ampoule buvable par jour à boire pure ou diluée dans 1/2 verre d’eau ou de jus de fruit. A prendre en périodes de fêtes, de changements de rythme de vie, …

phytofluidige.jpg 

Nos conseils:

buvez d’avantage d’eau plate et gazeuse, consommez des aliments riches en fibres. Prenez vos repas à heures régulières. Limitez le café, chocolat, alcool, …

Associations possibles avec PHYTOFLUIDE sommeil, starter minceur et transit.

Publié dans Nos conseils: troubles digestifs, Phytotherapie: contre les maux de tous les jours | Pas de Commentaire »

Troubles de la digestion

Posté par pharmaciedeclavieres le 7 juillet 2008

La digestion est assurée par le tube digestif et ses glandes annexes comme les glandes salivaires, le foie, le pancréas. Elle commence par l’ingestion des aliments et des boissons et se termine par la défécation. Elle permet de transformer la nourriture avalée en petites molécules absorbables par les cellules du tube digestif. En passant dans le sang, ces molécules sont utilisables par l’organisme et serviront au bon fonctionnement des cellules des différents organes

Le premier temps de la digestion est la mastication

Dans la bouche se trouvent les dents et les glandes salivaires, principaux organes participant à la digestion.
Les
glandes salivaires sécrètent la salive. Celle-ci contient une enzyme, l’amylase, qui va commencer la digestion d’un glucide, l’amidon (sucre long retrouvé en particulier dans les céréales, les féculents) et le transformer en sucre
plus court.
Les
dents assurent la mastication
, elle permet de fragmenter la nourriture et de la mélanger à la salive favorisant ainsi l’action de l’amylase.
Dans la bouche se trouvent aussi des cellules gustatives qui permettent de reconnaître le goût des aliments et leur saveur sucrée, salée, acide ou amère.
Certaines molécules peuvent être absorbées par la muqueuse buccale, c’est-à-dire passer dans le
sang ; des médicaments peuvent ainsi être absorbés dans la bouche, ils passent ainsi plus rapidement dans le sang et ont une action précoce.
Puis le bol alimentaire passe, grâce aux mouvements de déglutition, dans l’œsophage représenté par un tube qui va de la bouche à l’estomac.
Il doit franchir le sphincter du
cardia à l’entrée de l’estomac. C’est un clapet qui empêche normalement le reflux des aliments dans l’œsophage.

Le temps gastrique de la digestion

L’estomac est une poche extensible en forme de « J » plus ou moins allongé, il est situé dans l’abdomen sous le diaphragme. Le bol alimentaire continue d’être malaxé et mélangé grâce aux mouvements de contraction du muscle gastrique.
L’
estomac
sécrète du mucus, de l’acide chlorhydrique, des enzymes et des hormones.
L’acide chlorhydrique permet l’activation de la pepsine, enzyme responsable de la dégradation des
protéines en molécules plus petites qu’on appelle des peptides ; l’estomac sécrète aussi une lipase qui hydrolyse (transforme) les triglycérides (graisses) en acides gras
.
Les hormones gastriques permettent de réguler la sécrétion de l’acide chlorhydrique.
L’
estomac sécrète aussi des facteurs qui facilitent l’absorption de vitamines comme la vitamine
B12.
Selon la nourriture avalée, le bol alimentaire peut rester plusieurs heures dans l’
estomac.Le bol alimentaire dont les protéines et les graisses ont été prédigérées, passe progressivement dans l’intestin grêle après avoir franchi le sphincter du pylore

Dans l’intestin grêle

L’intestin grêle est formé d’une petite partie, le duodénum en forme de cadre juste après l’estomac puis du jéjunum pelotonné dans l’abdomen qui mesure 4 à 5 mètres de long.
Au niveau du duodénum se déversent des sucs digestifs, pancréatiques et biliaires ; les sucs pancréatiques contiennent une enzyme, la trypsine, qui digère les
protéines et les peptides et les transforme en molécules encore plus petites, les acides aminés absorbables par la muqueuse intestinale ; ils contiennent aussi une lipase qui transforme les lipides en éléments absorbables : acides gras, glycérol, cholestérol. Les sucs biliaires contenus dans la bile sécrétée par les cellules du foie, émulsionnent les graisses et facilitent ainsi l’action des lipases pancréatiques.
Tout le long du jéjunum, les enzymes agissent et la digestion continue ; l’intestin sécrète aussi des enzymes qui hydrolysent peptides, lipides et glucides.
Les petites molécules obtenues par la transformation des grosses molécules sont absorbées par les cellules de la muqueuse intestinale.
Ce sont d’une part les acides aminés obtenus à partir des
protéines, d’autre part, le glucose, fructose et galactose obtenus par l’hydrolyse des glucides plus complexes tels que saccharose, lactose, maltose, et amidon ; ces molécules simples passent telles qu’elles dans le sang ; elles seront utilisées par les différentes cellules de l’organisme pour assurer leur fonction et leur renouvellement. Les acides gras, glycérol et cholestérol libre sont transformés en molécules plus complexes dans les cellules intestinales avant de passer dans le sang.L’intestin absorbe non seulement les acides aminés, les
glucides simples et les acides gras, cholestérol et glycérol mais aussi l’eau et les électrolytes tels que sodium, potassium, chlore, calcium, fer ainsi que les vitamines liposolubles (absorbées avec les graisses) et hydrosolubles et les oligo-éléments, c’est-à-dire des éléments présents en très faible quantité dans l’organisme (magnésium, sélénium, cuivre, …).Puis le bol alimentaire passe dans le colon avant d’être évacué grâce à la défécation

Au niveau du colon

Le colon est formé de plusieurs parties : le colon droit, le colon transverse, le colon gauche et le colon sigmoïde. Il se continue par l’ampoule rectale, le rectum et l’anus.Le colon est colonisé par de nombreuses bactéries qui participent au processus de digestion.
Le bol alimentaire continue d’être modifié, le colon permet l’absorption d’eau et d’électrolytes (
sodium, potassium
, chlore, …). Il existe aussi un phénomène inverse de sécrétion hydro-électrolytique pour permettent au milieu intérieur d’être maintenu en état d’équilibre.
De plus, c’est le lieu de
digestion des protéines et du cholestérol endogènes (issus de la dégradation régulière des cellules intestinales et des bactéries elles-mêmes), ainsi que de l’urée
contenue dans la bile et des fibres alimentaires comme la cellulose qui n’a pas pu être digérée précédemment.
La dégradation des
glucides entraîne une fermentation et la production de gaz.

La défécation

Les contractions coliques amènent le bol alimentaire qui se transforme peu à peu en fèces, vers la sortie.
Le stockage des fèces entre deux défécations est effectué dans le colon sigmoïde et l’
ampoule
rectale.
Le rectum et l’anus permettent la défécation.
Le besoin de défécation est déclenché par l’augmentation de la pression dans l’
ampoule
rectale.
Cette action est volontaire et fait intervenir les muscles du périnée, de l’abdomen et le sphincter anal.
La continence est assurée par le sphincter anal.
Il est possible de différer le besoin de déféquer, l’
ampoule rectale s’adaptant au contenu.

Publié dans Nos conseils: troubles digestifs | Pas de Commentaire »

Les ballonnements

Posté par pharmaciedeclavieres le 7 juillet 2008

Les ballonnements vont se produire habituellement quelques heures après le repas. Plusieurs aliments ont tendance à provoquer des ballonnements ou des gonflements chez certaines personnes, parce qu’ils sont fermentescibles ou qu’ils permettent l’entrée d’air par le système digestif. Voici ces aliments: les crudités, la famille des choux, le navet, le brocoli, le poivron, l’oignon, le maïs, la choucroute, les pois secs, les fèves sèches, les lentilles, les prunes, les pruneaux, la famille des melons, les ananas, l’avocat et la pomme crue, certains poissons et saucisses, les boissons gazeuses, la bière, le vin, l’alcool et la gomme à mâcher. Attention, tous ces aliments ne sont pas nécessairement responsables de vos ballonnements. Toutefois, compte tenu de la grande variation de tolérance d’une personne à une autre, vous pouvez essayer de consommer les aliments un par un et tenter de déterminer si oui ou non ils provoquent des ballonnements.

Produits laitiers et ballonnements
La consommation de yogourt et d’autres produits laitiers peut effectivement provoquer des ballonnements si vous souffrez d’une intolérance au lactose primaire. La consommation de soupes aux légumes peut également être responsable de vos ballonnements si elle est trop «vieille» ou si on y retrouve des légumineuses.

D’un autre côté, la constipation est souvent source de gaz intestinaux et de ballonnement. Un apport élevé en fibres alimentaires, pour régler ou éviter la constipation, sans une hydratation adéquate, ne fera qu’accroître le problème de constipation et de ballonnement. Les fibres alimentaires nécessitent de l’eau pour qu’elles puissent se gonfler et agir sur l’élimination intestinale. D’où l’importance de boire 4 à 6 verres d’eau par jour.

Un aliment peut-il constiper?
Une saine alimentation comprend un apport adéquat en fibres alimentaires. C’est donc dire qu’elle doit être riche en fruits, en légumes et en produits céréaliers tel que le recommande le
Guide alimentaire canadien pour manger sainement. Si vous suivez le guide, aucun aliment ne favorisera la constipation. Il est évident qu’une personne ne mangeant que des produits céréaliers raffinés (pain blanc, céréales de différentes couleurs), peu ou pas de fruits et légumes ni de légumineuses et s’hydratant mal aura beaucoup plus de risques d’être constipée qu’une personne qui mange sainement tout en se permettant de consommer de temps en temps des produits céréaliers raffinés. Il faut mentionner ici qu’une supplémentation en fer aura souvent pour conséquence la constipation. Quant au fromage et autres produits laitiers? Ces produits ne constipent pas, la consommation de yogourt est même un excellent moyen de rétablir la flore intestinale à la suite de l’ingestion d’antibiotiques. Ces bactéries de la flore intestinale sont très utiles, notamment dans la vitesse de transit et dans l’élimination des fèces. Outre le yogourt, le fait de consommer des aliments riches en fibres alimentaires (fruits, légumes et produits céréaliers à grains entiers), associés à une hydratation adéquate augmentera le transit intestinal. De manière plus significative, le son de psyllium de même que le jus de pruneaux peuvent aider les personnes souffrant de constipation.

Cholécystectomie et alimentation
En théorie, M. Roirand, si votre femme respecte les principes d’une alimentation pauvre en lipides à la suite d’une cholécystectomie, elle ne devrait pas souffrir de diarrhées continuelles. Autrement dit, ce n’est pas normal qu’elle ait ces diarrhées. Je lui conseille de retourner voir son médecin traitant et de lui faire connaître ses inquiétudes quant à ses diarrhées suite à l’opération. Il est possible que cela soit le résultat d’un effet secondaire d’une médication quelconque ou tout simplement l’effet du stress. Également, il y a toujours un petit groupe de patients qui continuent à avoir des symptômes même après l’intervention, comme lors de cas où le diagnostic est incomplet. Juste un rappel: le régime faible en lipides doit être suivi pendant un mois après l’opération.

Traitements:

Dépend des symptômes:

- flatulences avec emission de gaz: produits absorbants (polysilane delalande, charbon)

- diarrhée dominent: pansements gastrointestinaux type argile

- brulure estomac et ballonnements: anti-acideet molécule adsorbante (maalox ballonnement, rennie déflatine)

Publié dans Nos conseils: troubles digestifs | Pas de Commentaire »

12
 

Centre S.H.I.N |
Le blog de Claudy... |
La Santé vient en mangeant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mon combat contre l'obéséite
| Dites oui au massage...
| Son Corps à Coeur