Une urgence, composez le 15 !!

Posté par pharmaciedeclavieres le 12 janvier 2009

C’est le numéro spécifique aux urgences médicales. Il vous permet de vous mettre 24 heures sur 24 en relation avec un médecin du SAMU.

Vous serez d’abord en contact avec un Permanencier Auxiliaire de Régulation Médicale. Il faut vous tenir prêt à lui fournir vos nom, prénom, adresse et numéro de téléphone, ainsi que ceux de la personne malade s’il ne s’agit pas de vous-même. Il vous faudra ensuite lui indiquer le motif de votre appel, et s’il ne peut vous répondre lui-même ou s’il faut des précisions médicales, il vous passera le Médecin Régulateur.

De plus, par mesure de sécurité (cela permet de pouvoir facilement et à coup sûr déterminer le lieu d’un problème en cas de coupure de la communication), votre numéro de téléphone s’affiche au SAMU dès la première sonnerie, avant même que l’on ait décroché (même si vous êtes en «  liste rouge  », ou si vous appelez avec un «  portable  » ), et selon les SAMU, il est possible, soit après une courte manipulation, soit immédiatement, d’obtenir l’adresse d’où vous appelez et/ou le nom du propriétaire de la ligne.

Publié dans Nos conseils: en urgence | 1 Commentaire »

Les traumatismes

Posté par pharmaciedeclavieres le 7 juillet 2008

L’enfant vient de tomber: si il n’a pas perdu connaissance, n’a pas de céphalées et n’a pas envie de vomir, il y a plus de peur que de mal.

- les contusions: les préparations à usage local à base d’arnica ne doivent pas être appliquées sur une plaie ouverte. L’arnica homéopathique est à donner le plus tôt possible après le choc (10granules ou une dose en 5 à 9CH).

A ne pas faire: masser un muscle douloureux au risque d’augmenter la taille de la contusion.

les plaies: il faut en évaluer la gravité selon la profondeur, la présence d’un corps étranger et la localisation.

Avant toute intervention, mettre des gants. Nettoyer la plaie puis appliquer de l’eau oxygénée si elle saigne. L’antiseptique doit être appliqué avec une compresses, laisser sécher. Les points de sutures s’imposent lorsque la plaie est franche et large.

Si la plaie est grave, allonger la personne en attendant les secours. Ne pas toucher la plaie, ni retirer un éventuel corps étranger.

- le saignement de nez : il peut survenir après une exposition au soleil, un exercice sportif, un grattage, …

Placez la personne en position assise et tête penchée en avant. La faire moucher délicatement pour évacuer les caillots, puis comprimer l’aile du nez pendant 10minutes. On peut mettre également une compresse hémostatique pendant 1 heure.

- si l’œil est rouge et douloureux attention au risque de traumatisme, direction le docteur ou les urgences de préférence. En attendant votre pharmacien placera un pansement occlusif sur l’œil.

- la fracture de dent: avant 6 ou 7 ans, il s’agit de dent de lait, cela impose une consultation chez le dentiste pour vérifier ce qui pourrait gêner la pousse de la dent définitive. Après 7 ans, garder la dent afin qu’elle soit remise en place au plus tard dans les 6 heures.

Publié dans Nos conseils: en urgence | Pas de Commentaire »

La perte de connaissance

Posté par pharmaciedeclavieres le 7 juillet 2008

La syncope est une perte de connaissance brutale, brève et complète liée à la privation soudaine d’oxygène dans le cerveau, privation elle-même secondaire à une brutale réduction du débit sanguin dans les artères cérébrales.

Le patient, brutalement, perd conscience, tombe, se blesse au cours de sa chute et reste étendu par terre. Les pouls et les mouvements respiratoires sont absents. Après quelques secondes, le malade reprend conscience, tout seul ou aidé par des stimulations externes de l’entourage, mais ne se souvient de rien ou éventuellement uniquement des symptômes ayant précédé immédiatement la syncope proprement dite. Il y a par contre une amnésie totale de la chute. Si la syncope se prolonge, une crise convulsive généralisée peut survenir.

La syncope est différente de la lipothymie, malaise bénin avec vertige, sans arrêt du coeur ni de la respiration.

Assurez-vous qu’elle est consciente

- Posez-lui des questions simples : “Comment vous appelez-vous ?”

- Donnez-lui un ordre simple : “Ouvrez les yeux !”

- Prenez-lui la main et serrez-la dans la vôtre pour étudier sa réaction : serrement ou retrait de main.

Si elle ne répond à aucune de ces stimulations, elle est inconsciente, faites appeler les secours !

À faire quand la personne est inconsciente

Libérez ses voies respiratoires

- Allongez-la sur le sol.

- Desserrez sa ceinture, sa cravate ou le col de sa chemise.

- Agenouillez-vous à ses côtés et ouvrez-lui la bouche pour retirer un éventuel corps étranger (dentier, bonbon…).

- Basculez-lui la tête doucement en arrière en appuyant sur le front avec votre main et en soulevant son menton avec deux doigts.

- Vérifiez si elle respire en vous penchant pour sentir son souffle, en écoutant sa respiration ou en regardant son ventre se soulever

La personne respire : placez-la en position latérale de sécurité (PLS).

- Avant de la retourner

> Rapprochez ses pieds dans l’axe de son corps.

> Placez son bras le plus proche de vous à angle droit, pliez son coude, la paume de sa main tournée vers le haut.

> Penchez-vous, prenez son autre bras et appliquez le dos de sa main contre sa joue en la maintenant avec la paume de votre propre main.

> Placez votre autre main derrière son genou le plus éloigné et pliez-lui la jambe, son pied touchant le sol.

Publié dans Nos conseils: en urgence | Pas de Commentaire »

Les hémorragies

Posté par pharmaciedeclavieres le 7 juillet 2008

Un saignement est dit important lorsqu’il peut imbiber un mouchoir de tissu ou de papier en quelques secondes. Le risque est un décès à court terme : le sang sert à transporter le dioxygène nécessaire au fonctionnement des organes comme le cœur et le cerveau par exemple.

Suivant la quantité de sang perdu et la localisation du saignement, une hémorragie entraîne :

  • une perte de globules rouges pouvant entraîner une anémie (diminution de la concentration en hémoglobine dans le sang, visualisée sur la Numération Formule Sanguine. Cette anémie va, selon son degré, entraîner une diminution de l’oxygénation des tissus.

  • une baisse de la pression artérielle pouvant aller jusqu’au collapsus avec diminution de la perfusion d’organes vitaux.

  • Si le saignement n’est pas extériorisé (non visible), celui-ci peut constituer une poche sous pression et comprimer les tissus ou organes adjacents, parfois vitaux (hémorragie intra cérébrale dans le cerveau par exemple)

En cas d’hémorragie d’origine traumatique (plaie), il ne faut pas oublier le risque. Dans le cas des petites hémorragies s’arrêtant spontanément, il faut procéder à un nettoyage ou à une désinfection de la plaie, voir l’article bobologie. Dans le cas d’une hémorragie importante, cet aspect est secondaire devant la perte de sang et est pris en charge par l’équipe médicale ; il peut comprendre une antibiothérapie.

Différents types d’hémorragie

On distingue :

  • les hémorragies externes : le sang s’écoule par une blessure, une effraction de la peau, en général d’origine traumatique ; une hémorragie peut être cachée par les vêtements ;

  • les hémorragies extériorisées : la « fuite de sang » se trouve à l’intérieur du corps, mais le sang s’écoule par les orifices naturels :

    • épistaxis : saignement de nez ;

    • otorragie : saignement d’oreille ;

    • hématémèse : vomissement de sang ;

    • rectorragie : sang rouge par l’anus, différente du méléna

    • méléna (orthographié également mœlena) : sang digéré dans les selles, se manifeste par une diarrhée noirâtre, nauséabonde ;

    • hématurie : sang dans les urines;

    • hémoptysie : présence de sang dans les expectorations (poumons);

    • métrorragies : saignement anormal originaire de l’utérus, exteriorisé par le vagin chez la femme (à distinguer des menstruations ou « règles », phénomène cyclique et naturel de saignement chez la femme en âge de procréer). Les métrorragies sont des saignements en dehors des règles alors que les ménorragies sont des règles particulièrement prolongées ou abondantes.

  • les hémorragies internes : le sang s’écoule à l’intérieur du corps ; il peut alors former un hématome lorsque le sang s’accumule dans un tissu ou un organe (muscle, par exemple). Le sang peut également s’épancher dans une cavité interne sans extériorisation : hémopéritoine dans le ventre, hémothorax dans les poumons ou la cavité pleurale, hémopéricarde autour du cœur. Une ecchymose (ou « bleu ») est une infiltration diffuse du sang dans le tissu sous-cutané, secondaire à un traumatisme minime (mais aussi parfois révélateur d’une maladie des vaisseaux).

Dans le cas d’un saignement abondant à l’extérieur du corps de la victime, celle-ci va rapidement  présenter (outre le saignement proprement-dit) une pâleur de la peau et des extrémités ainsi qu’un pouls et une respiration rapide.

Il ne faut en aucun cas attendre l’apparition de ces signes pour stopper l’hémorragie.

Vous devez agir rapidement pour :

Pour la compression

Attention ! les conseils ci-dessus ne remplacent pas une formation au secourisme dispensée
par un organisme agréé ou une association habilitée (Croix Rouge, Protection Civile,…).
Seule une telle formation vous permettra de pratiquer le secourisme avec un maximum d’efficacité et de sécurité.

Publié dans Nos conseils: en urgence | Pas de Commentaire »

Les intoxications

Posté par pharmaciedeclavieres le 7 juillet 2008

Contacter immédiatement le SAMU (15).

- les bons réflexe:

ne jamais provoquer de vomissements,

si l’enfant est inconscient le mettre en position latérale de sécurité

ne donner ni de l’eau, lait, d’aliment.

- intoxication médicamenteuse:

dans 60% des cas il n’existe aucun risque car la dose ingérée est peu toxique.

Dans 35% des cas, la dose est inconnue, d’où un risque potentiel.

Dans 5% des cas le risque est vital

- intoxication par des produits ménagers:

la personne doit être transporté d’urgence à l’hôpital. Les séquelles sont souvent importantes.

- relativiser la gravité:

pour des médicaments comme la pilule, éosine aqueuse, glycérine, aspartam, … faire boire du lait, donner un pansement gastrique.

Pour les produits ménagers, ne pas faire boire avant 3 ou 4 heures, donner du pain de mie et un pansement gastrique.

Publié dans Nos conseils: en urgence | Pas de Commentaire »

« J’ai une arête coincée dans la gorge »

Posté par pharmaciedeclavieres le 7 juillet 2008

Dans le cas d’une arête de poisson (fréquente) donner de la mie de pain. Si la gêne persiste, elle a peut-être avalée autre chose, consultez le médecin.

L’arête dans la gorge est gênante mais rarement grave. Si elle reste plantée dans l’amygdale, le médecin peut la retirer. La plus part du temps la gêne ressentie est due à une petite plaie laisser par l’arête qui a déjà été déglutie.

L’appréciation de la gravité est fonction de l’objet supposé avalé et des manifestations qui en découleraient.

Publié dans Nos conseils: en urgence | Pas de Commentaire »

12
 

Centre S.H.I.N |
Le blog de Claudy... |
La Santé vient en mangeant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mon combat contre l'obéséite
| Dites oui au massage...
| Son Corps à Coeur