ImmunoStim

Posté par pharmaciedeclavieres le 17 septembre 2009

IMMUNOSTIM, action symbiotique

Avec l’hiver et son lot d’infections à répétition ….

ImmunoStim est une association synergique de probiotique et d’un prébiotique

  • 3 souches spécifiques R-52, R-33, R-71
  • 5 milliards de probiotiques par sachet (en comparaison, dans un flacon d’actimel, il y en a 100!)
  • Résistance à l’acidité gastrique et à la bile
  • Souches déposées à l’institut Pasteur
  • Conservation longue durée!

L’élément clé du système immunitaire, le GALT, contient 70% des cellules immunitaires de l’organisme.

  • 1° ligne de défense: intrusion de l’antigène dans l’organisme, effet barrière
  • 2° ligne de défense: réponse locale immédiate et mise en place de la réponse générale
  • 3° ligne de défense: généralisation de la réponse au niveau des muqueuses
  • A partir de 3ans ! 
  • Boîte de 10 sachets pour un mois
  • Boîte de 30 sachets pour 3 mois
  • 1 sachet par jour à mettre dans une boisson avant un repas
  • cure de 10 jours renouvelable les mois suivants

En ces temps grippaux, n’hésitez pas à le commander, il est primordial de se protéger!!

immunostim.jpg 

Publié dans Les pathologies, Pathologies saisonniere: automne, Pathologies saisonniere: hiver, Produits: saisonniers | Pas de Commentaire »

Humex Reflex contre le virus de la grippe A/H1N1

Posté par pharmaciedeclavieres le 17 septembre 2009

HUMEX REFLEX Rhume défense, le 1° produit pour prévenir le déclenchement du rhume, par effet barrière.

Il agit contre:

  • les virus du rhume présents dans la cavité nasale, avant qu’ils se multiplient.
  • l’invasion de nouveaux virus dont le virus de la grippe A, H1N1

Il est composé d’une technologie micro-tapissante (polyols) et d’un pH acide pour piéger les virus et aider l’organisme à les éliminer, ainsi que de la glycérine pour son action adoucissante.

L’efficacité est prouvée in vitro sur les rhinovirus, les virus Parainfluenza 3 et le virus H1N1 (grippe A) !!! Après 10 minutes, 99.99% des virus sont inactivés !!

  • Pour adultes et enfants à partir de 12 ans
  • 2 à 3 pulvérisations dans chaque narine, 3 à 4 fois par jour
  • A utiliser pendant 72 heures

Publié dans En bref, Les pathologies, Pathologies saisonniere: automne, Pathologies saisonniere: hiver, Produits: saisonniers | 2 Commentaires »

La dyspepsie

Posté par pharmaciedeclavieres le 9 avril 2009

La dyspepsie est le terme médical désignant certains troubles fonctionnels de l’appareil digestif, familièrement appelés « mal au ventre », ‘indigestion » ou « crise de foie« .

Ces troubles très répandus, parfois liés à une fragilité individuelle, sont favorisés par les erreurs diététiques et aggravés par le stress.

La dyspepsie se traduit par des symptômes très divers: pesanteur et ballonnement épigastrique, éructations et flatulences, somnolence, maux de tête, sensations de brûlure, spasmes gastriques et intestinaux, …

Le météorisme résulte de la production anormale de gaz dans le côlon, provoquant des ballonnements parfois douloureux.

Par leurs différentes propriétés, les plantes médicinales peuvent contribuer à soulager ces symptômes.

Publié dans Les pathologies | Pas de Commentaire »

Streptocoque B

Posté par pharmaciedeclavieres le 2 avril 2009

Le portage asymptomatique du streptocoque B peut être chronique, transitoire ou intermittent. Sa transmission maternofoetale est fréquente (45%). Les infections néonatales sont rares mais sévères. Cette bactérie est l’une des premières causes de septicémie, de méningite et pneumonie.

Dépistage.

Il est recommandé entre 35 et 38 semaines d’aménorrhée pour toutes les femmes enceintes. Il peut être détecté dans les urines, le vagin ou au niveau de l’endocol.

Transmission maternofoetale.

Dans 29% à 75% des cas, il s’agit d’une transmission pernatale. Lors de la traversée des voies génitales, l’enfant colonise son tube digestif avec les bactéries dont sa mère est porteuse. Le risque existe si le germe franchit la muqueuse digestive et passe dans le sang.

Risques.

- Risques maternels: le portage vaginal est le plus souvent asymptomatique, mais peut être responsable de rupture prématurée des membranes, menace d’accouchement prématuré, …

- Risques néonataux: choc septique, méningite ou pneumopathies, sont les formes cliniques néonatales précoces. Les formes tardives sont moins graves.

Traitement.

- Pendant la grossesse: le traitement des femmes enceintes porteuses asymptomatique ne diminue pas le taux de portage à l’accouchement. Il permet de le réduire temporairement avant d’observer une recolonisation de la patiente.

- Lors de l’accouchement: en cas de portage vaginal, une antibiothérapie permet de réduire l’incidence des infections.

 

Publié dans Les pathologies, Nos conseils: grossesse et allaitement | Pas de Commentaire »

Les infections urinaires, femme enceinte

Posté par pharmaciedeclavieres le 1 avril 2009

Epidémiologie.

Les infections urinaires sont les infections bactériennes les plus fréquentes au cours de la grossesse. Environ 10% des femmes enceintes sont concernées.

Signes cliniques.

Les infections urinaires sosnt habituellement dues à des germes intestinaux normalement présents dans le colon. Chez la femme, dont l’urètre est court, ils pénètrent plus facilement dans la vessie et peuvent remonter jusqu’aux cavités rénales.

- La bactériurie asymptomatique:

définie par présence d’une colonisation bactérienne. Chez la femme enceinte, l’incidence varie de 2 à 10%. Si elle n’est pas traitée, risque de complication.

- La pyélonéphrite aigüe:

inflammation de la partie haute de l’appareil urinaire: rein. Fièvre, frissons, douleurs lombaires, brûlures mictionnelles.

- La cystite:

inflammation de la paroi de la vessie. Brûlures mictionnelles, besoins fréquents, petites quantités.

Dépistage.

Les infections urinaires font partie des infections dont le dépistage est à proposer pendant la grossesse. Actuellement, il est réalisé selon les antécédents et symptomes de la patiente par ECBU.

ECBU.

L’ECBU (Examen CytoBactériologique des Urines) est un examen pratiqué en laboratoire. Le diagnostic est posé sur l’existence de plus de 100.000 bactéries/ml lors de 2 prélèvements consécutifs. Le germe le plus fréquemment en cause est Escherichia coli.

- Les bandelettes urinaires:

les bandelettes réactives permettent une autosurveillance à domicile des bactériurues asymptomatiques. Elles donnent un résultat rapide. Elles indiquent, ou non, la présence de nitrites et de leucocytes, témoins d’une infection. Si le résultat est positif, il faut consulter un médecin pour faire un ECBU de confirmartion.

Risques maternels et foetaux.

L’infection urinaire est un facteur favorisant la morbidité maternelle ainsi que la prématurité et la naissance d’enfants de petits poids. Les colibacilles produisent des substances analogues aux prostanglandines déclenchant les contractions utérines.

Conduite à tenir et traitement.

- Bactériurie asymptomatique ou cystite:

l’antibiothérapie est initiée puis adaptée en fonction des résultats de l’antibiogramme, tout en prodiguant des conseils hygiénodiététiques.

- Pyélonéphrite:

il s’agit d’une urgence médicale. La patiente doit être hospitalisée.

Toilette intime.

La toilette intime pendant la grossesse doit respecter l’écosystème vaginal afin de ne pas altérer ses mécanismes d’autodéfense. Un produit d’hygiène intime adapté présente 3 caractéristiques:

- pH acide:

il permet d’être le plus proche possible du pH physiologique. Durant le grossesse, les estrogènes atteignent des concentrations élevées = hypertrophie de la muqueuse et présence de glycogène et lactobacilles. Le pH vaginal devient plus acide que d’habitude.

- Dénué d’agents tensioactifs agressifs:

ces agents présents dans les savons ont pour fonction de fixer les résidus à éliminer qui sont ensuite emporté avec l’eau. Mais ils sont trop agressifs, décapants et altèrent la muqueuse génitale.

- Sans parfum:

le parfum est souvent dû à la présence de substances chimiques allergisantes pouvant induire des réactions indésirables: brûlures, démangeaisons, irritation.

- Des exemples:

SAUGELLA antiseptique, FEMINA LACTACYD, NEUTRAPHARM gel lavant hygiène intime, ……

Publié dans Les pathologies, Nos conseils: grossesse et allaitement | 1 Commentaire »

Cytomegalovirus

Posté par pharmaciedeclavieres le 31 mars 2009

En France, 50% des femmes en âge de procréer sont immunisées contre le Cytomégalovirus (CMV). Une primo infection survient chez 5% des femmes non immunisées. En cas d’infection foetale, 90% des enfants sont asymptomatiques à la naissance. 15% d’entre eux développent des séquelles neurosensorielles.

Maladie virale.

Le CMV est un virus humain, fragile.Il est présent dans les sécrétions oropharyngées, urines, sécrétions cervicales et vaginales, sperme, lait maternel, sang, larmes.

- Les symptômes:

l’infection maternelle est discrète, asymptomatique dans 90% des cas. Sinon elle se traduit par un syndrome pseudo-grippal.

- Le risque de contamination:

si une femme enceinte est infectée pour la première fois au cours de la grossesse, le virus peut traverser le placenta et infecter le foetus, le risque est de 47.4%. En début de grossesse, la sévérité est plus grave qu’en fin. L’enfant peut être aussi contaminé lors de l’accouchemement et après la naissance (allaitement).

- Le dépistage:

il n’est pas systématique, certains médecins sont pour, d’autres contre.

Contre: pas de traitement disponible en anténatal et impossible de prédire le risque de séquelles. Les conséquences négative du dépistage (fausses couche, anxiété, …) prédominent sur les risques de déficit ou séquelle.

Pour: une sérologie en début de grossesse peut informer les femmes sur les mesures de prévention. Une en fin de grossesse permet de surveiller les enfants asymptomatiques à la naissance pour prévenir et réduire les séquelles auditives et/ou intellectuelles.

En cas d’infection maternelle.

La prise en charge en cas de séroconversion maternelle n’est pas consensuelle et l’estmation du pronostic de l’infection foetale est difficile.

- Le dépistage sérologique:

si il est réalisé, un diagnostic de séroconversion doit conduire à iune prise en charge spécialisée par un centre pluridisciplinaire de diagnostic prénatal.

- Surveillance échographique:

en cas d’infection maternelle prouvée par le dépistage sérologique, la surveillance échographique doit être renforcée (toutes les 3 semaines). La performance de l’échographie dans le cadre de l’infection foetale à CMV reste insuffisamment évaluée.

- L’amniocentèse:

elle recherche le CMV dans le liquide amniotique pour savoir si le foetus est infecté, si l’échographie a permis de déceler une anomalie foetale. Il est important de confirmer cette suspicion.

- L’interruption médicale de grossesse IMG:

en l’absence de traitement curatif, le diagnostic prénatal pose la question de pratiquer une IMG, quel que soit l’âge gestationnel.

Traitement.

- Traitement curatif: les traitement antiviraux actifs sur le CMV ne peuvent pas être administrés chez la femme enceinte

- Traitement préventif: le vaccin anti-CMV n’est pas encore au poinnt. Seules les mesures d’information et de prévention primaire du risque infectieux peuvent être mise en oeuvre, seulement si la femme enceinte n’est pas immunisée contre le CMV.

Conseils de prévention.

  • Une femme non immunisée ou non dépistée doit prendre des précautions durant sa grossesse si elle est en contact avec un enfant de moins de 3 ans.
  • Se laver les mains soigneusement à l’eau et savon après chaque change ou contact avec les urines
  • Ne pas utiliser ses serviettes et gants de toilette
  • S’abstenir de goûter les biberons ou les cuillerées d’aliments et de sucer la tétine
  • Limiter le contact buccal avec ses larmes et/ou salive.
  • Idem pour le conjoint !!!!

Publié dans Les pathologies, Nos conseils: grossesse et allaitement | Pas de Commentaire »

1...34567...11
 

Centre S.H.I.N |
Le blog de Claudy... |
La Santé vient en mangeant |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | mon combat contre l'obéséite
| Dites oui au massage...
| Son Corps à Coeur